Rassurez-vous, je ne suis pas morte ; juste un poil dégoûtée de ces vacances et tellement de choses à raconter, à montrer que je ne savais pas par où commencer.

Après une dizaine d'heures de route, nous avons la désagréable surprise de constater que d'autres ont squatté la maison, du moins le cellier et la cuisine. Des SOURIS !!!!  La maison est restée vide presque un an, l'hiver a été rude et la providence est venue à leur secours ; la providence étant les denrées alimentaires longue conservation qui étaient dans la cuisine : pâtes, riz, lentilles, thé, café, briques de lait , rouleau de papier alu ( oui vous avez bien lu), papier essuie-tout et même des plaques de liège. j'en oublie vu les déchets-cadeaux qu'elles ont laissé en remerciement.

3 jours à nettoyer et essayer de neutraliser cette odeur ; je ne vous raconte pas...Deux jours après, embrayage de la voiture cassé , voiture de remplacement pendant pendant 18 jours ( Merci l'assistance) puis mari malade.

Pour une fois, j'étais presque contente de rentrer ici mais j'ai vite déchanté : je ne voyais plus ma voiture dans le parking où je l'avais garée sans enfreindre aucune interdiction. Je téléphone à la police qui m'informe qu'elle a été " dépannée" ; je leur réponds qu'elle n'était pas en panne et que je n'ai contacté aucun dépanneur. Le brave policier me répète " elle a été dépannée à la demande de la ville, on devait nettoyer le parking"  Vous ne trouvez pas que dépannage est tout de suite moins douloureux à entendre que fourrière ? Gentils Belges...ah ..ils ont l'art de prendre les gens pour des moutons. Là, mon sang n'a fait qu'un tour car on empoisonne la vie des automobilistes au centre ville et j'avais un emplacement impeccable. Eh bien non ! Malgré toutes les saletés de la ville, ils se sont dit " tiens, elle est partie en vacances, on va nettoyer le parking" Je vous épargne le reste des détails mais nous essayons de negocier avec la ville pour avoir un remboursement du "dépannage" et cerise sur le gâteau, le Lundi, un PV de la police est tombé dans la boîte aux lettres pour stationnement interdit ; ha! ha! ha !

Malgré tout, j'ai travaillé et j'ai même fait le marché nocturne de Jonzac. Je ferai très vite un album de ces foutues vacances, mais je vous poste quand même le carnage , plus un poncho " avant j'étais moche" déniché dans une boutique de laine qui fait du prêt-à-porter aussi, il était soldé à un prix plus qu'intéressant et j'ai pris les 2 qui restaient pour customiser. Ils sont prêts tous les deux mais je n'ai pas encore photographié le mien.Un est à vendre 65 e

Un des rares moments de plaisir de ce séjour , la rencontre des parents d'Héloïse, Héloïse elle-même et Anne (le chat et l'aiguille) ; ce fut vraiment agréable et j'étais à LA source des laines filées main. Marie-Christine a plein d'autres talents et reste d'une modestie rare, j'ai glané quelques trucs aussi.Le père d'Héloïse, à part la gentillesse familliale, je crois que c'est l'humour qui le caractérise. Une pause bien sympathique dans ces misères. Allez ; on envoie les photos ? J'oubliais , je mettrai les photos détaillées du poncho dans le message suivant. La base est en coton 100°/°souris1souris2    Merci à toute la famille G .                                                                    souris3souris4poncho1